Conciliation emploi-famille tout au long de la vie : la gouvernance démocratique ou participative fait-elle une différence ? Le cas des coopératives et de l’économie sociale au Québec

Auteur: 
Diane-Gabrielle Tremblay
Langue de l'article: 
Anglais
Année: 
2016

Résumé

Notre recherche cherche à déterminer si certaines formes de gestion particulières sont plus
favorables à la conciliation emploi-famille tout au long de la vie dans les coopératives et le secteur
de l’économie sociale en général. Elle interroge donc les « façons de gérer » et « façons d’innover »
dans le secteur des coopératives et de l’économie sociale. Notre recherche compare les mesures et
politiques visant le soutien organisationnel perçu à la conciliation travail-famille dans les
coopératives et le secteur de l’économie sociale en fonction de milieux de travail variés afin de
déterminer si une gestion démocratique s’avère plus favorable à l’équilibre travail-famille, et si par
conséquent elle offre une forme d’emploi plus durable. Il semble que la mission sociale et ses effets
sur le cadre organisationnel puissent s’avérer plus soutenants pour les employés dans une
perspective d’équilibre travail-famille. En particulier, notre papier cherche à savoir si le secteur des
coopératives et de l’économie sociale, par sa mission et sa démarche managériale explicites
(processus de prise de décision participatif), pourrait influer sur le soutien organisationnel à
l’équilibre travail-famille (ÉTV, ou WLB en anglais dans le texte) et ainsi réduire la perception des
difficultés liées à cet équilibre tout au long de la vie. Nous avons étudié les coopératives et le
secteur de l’économie sociale du Québec (Canada) et avons comparé les données à trois autres
secteurs, ne partageant pas le même mode de gestion ni la même philosophie : service policier en
région métropolitaine, travail social et soins infirmiers, tous situés dans la même ville. Notre
recherche souligne plusieurs différences notables entre les quatre secteurs, découlant
vraisemblablement des caractéristiques propres aux coopératives et au secteur de l’économie
3
sociale. En plus de notre recherche quantitative (800 répondants environ au total, soit 400 dans les
coopératives et le secteur de l’économie sociale), nous avons réalisé des interviews (36) dans le
secteur de l’économie sociale. Les résultats viennent confirmer que la spécificité de ce secteur, c.-
à-d. la mission, la philosophie et le mode de gestion, semble expliquer la principale préoccupation
du secteur de l’économie sociale pour l’ÉTV. Bien qu’il soit requis d’approfondir cette recherche
dans d’autres entreprises dotées de diverses formes de gestion démocratique, cette démarche est
une première contribution à cet enjeu sur la question des « façons de gérer » et des « façons
d’innover » dans les coopératives et le secteur de l’économie sociale.

Télécharger le pdf de l'article (695 Ko)